antiAtlas des Frontières

antiAtlas des frontières

L’antiAtlas des frontières est un collectif de chercheurs, d’artistes et d’experts. Articulant recherche et création artistique, ils tentent d’aborder de manière inédite les mutations des frontières et des espaces de nos sociétés contemporaines.

Ce site constitue une plateforme de veille et de communication autour des événements, publications, actualités et œuvres art-science autour des mutations des frontières au 21e siècle. Il présente nos actions : les colloques, séminaires et expositions que nous organisons, les expérimentations que nous menons – et un ensemble de documents : articles publiés, vidéos (interviews, colloques, séminaires) et une liste d’œuvres de référence.

Coordination

Cédric Parizot, chargé de recherche au CNRS, anthropologue, Institut de Recherche et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM, UMR7310 – AMU/CNRS), Aix en Provence.

Jean Cristofol – philosophe, ancien enseignant à l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence (ESAAix) et membre du laboratoire Perception, Représentations, Image, Son, Musique (PRISM – AMU/CNRS), président de l’association antiAtlas éditions.

Design

Le design de ce site a été créé par Thierry Fournier, artiste et commissaire d’exposition indépendant, impliqué de longue date dans la conception de projets éditoriaux dédiés à l’art contemporain et à la recherche en art.

Membres du collectif

Anne-Laure Amilhat Szary – géographe, Directrice du Laboratoire Pacte (UMR5194 Université de Grenoble, CNRS)

Isabelle Arvers – artiste, commissaire indépendante, Marseille

Camille Boichot – géographe, Géographie-Cités (UMR 8504), CNRS, Paris

Myriam Boyer – designer graphique, photographe, Aix en Provence

Thomas Cantens – anthropologue, Centre Norbert Elias (EHESS), Marseille, douanier, directeur de l’unité de recherche de l’Organisation Mondiale des Douanes, Bruxelles

Jean-Paul Fourmentraux, sciences de l’art, sociologie et communication, Centre Norbert Elias, EHESS, Aix Marseille Université

Thierry Fournier – artiste et commissaire d’exposition indépendant, direction artistique et design des sites antiatlas.net et antiatlas-journal.net

Anna Guillo, arts plastiques et sciences de l’art, Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts (LESA, EA 3274), Aix Marseille Université

Federica Infantino – politiste, Université Libre de Bruxelles

Clémence Lehec – docteure en géographie, chercheure associée à l’Université de Genève et l’Université Grenoble-Alpes, Laboratoire Pacte (UMR5194, Université Grenoble Alpes, CNRS)

Nicola Mai – vidéaste, anthropologue, Professeur de sociologie et d’études des migration, Kingston University, Royaume Uni

Sarah Mekdjian – géographe, Laboratoire Pacte (UMR5194, Université Grenoble Alpes, CNRS)

Joana Moll – artiste media, Barcelone

Paul Emmanuel Odin – critique, La compagnie, Marseille

Laurence Pillant – géographe, TELEMME, CNRS, Aix Marseille Université

Gabriel Popescu – géographe, Indiana University, Southbend

Antoine Vion – sociologue, économiste, Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (LEST- AMU/CNRS), Aix-Marseille Université

antiAtlas-Journal.net

Thierry Fournier a également conçu le site antiAtlas Journal, la revue du collectif antiAtlas, réalisée en 2016 avec Papascript. www.antiatlas.net et www.antiatlas-journal.net proposent ainsi un dyptique consacré aux mêmes enjeux, l’un pour l’activité du collectif et l’autre pour ses publications. Leurs designs sont voisins tout en proposant des formes éditoriales spécifiques à leurs contenus.

antiAtlas Journal est une revue numérique annuelle, bilingue et gratuite qui ouvre un espace éditorial exploratoire dédié à une approche radicalement transdisciplinaire des frontières contemporaines. Prolongeant le projet antiAtlas des frontières, reposant sur une collaboration entre chercheurs et artistes, la revue expérimente de nouvelles pratiques d’édition et de modélisation de la recherche. Elle est consultable sur le web (tous formats). Les articles sont téléchargeables librement en PDF.

En ouvrant des voisinages et des circulations multiples entre textes et images, antiAtlas Journal autorise ainsi des parcours transversaux et des échelles variables de perception, qu’une organisation linéaire ne permettrait pas – bien qu’elle soit toujours disponible par la version PDF. Certaines très grandes images débordent largement des écrans : la circulation d’image en image devient un des récits possible, au même titre que la circulation dans le texte.