Bureau des dépositions: Exercice de justice spéculative

Pièce jointe 17. Extrait de la performance Bureau des dépositions: Exercice de justice spéculative
A travers l’oeuvre Bureau des dépositions. Exercice de justice spéculative, nous fabriquons de la justice depuis les interstices et les limites du droit. Nous reprenons ce que d’autres ont écrit sur les murs de la ville : « les femmes n’ont pas eu le droit de vote en allant voter », ce qui confirme la nécessité d’instituer le droit par nos mouvements sociaux qui prennent soin de la vie et des liens, quand d’autres les tuent. Bureau des dépositions oeuvre à créer des précédents, en développant une stratégie contentieuse en matière de droit d’auteur et de liberté fondamentale contre le contentieux du droit des étrangers et du droit d’asile. Par “justice spéculative”, nous entendons une justice possible, qui a lieu depuis le droit existant et ses limites. En nous réunissant, nous créons aussi une forme de justice transformatrice, au sens d’une justice qui donne à entendre les causes et les conséquences de ces violences, et par là ouvre à de nouveaux possibles.

Une oeuvre immatérielle et processuelle

Bureau des dépositions. Exercice de justice spéculative est une oeuvre immatérielle, processuelle, performée par dix co-autrices et co-auteurs : Mamadou Djouldé Baldé, Ben Moussa Bangoura, Laye Diakité, Mamadou Aliou Diallo, Pathé Diallo, Mamy Kaba, Ousmane Kouyaté, Sarah Mekdjian, Marie Moreau, Saâ Raphaël Moundekeno.

Depuis janvier 2019, nous nous réunissons au Patio solidaire, lieu d’occupation sur le campus universitaire grenoblois, et écrivons des lettres de déposition. Ces lettres repoussent le lexique de la compassion et de l’humanitaire, et lèvent les responsabilités des violences produites par les politiques migratoires, qui circulent le long d’un continuum logistique, reliant notamment la Guinée (Conakry), ancienne colonie française, la France et l’Union Européenne.

La performance s’active dans la discussion publique de ces lettres, face au vide d’une justice manquante, et à un public-témoin. La condition principale d’activation de la performance tient dans la co-présence physique des 10 co-autrices, co-auteurs. Or, plusieurs co-auteurs sont empêchés dans le processus créatif et pendant les temps de performance, en raison d’expulsions, de transferts Dublin, de menaces d’éloignement, de clandestinisation. Notre performance se prolonge ainsi dans une requête juridique non-fictionnelle, qui est en cours de dépôt dans un tribunal administratif par une avocate : quand un ou plusieurs des co-auteurs est éloigné ou clandestinisé, en raison de son statut administratif, nous demandons au tribunal de constater une entrave à notre liberté de création artistique (Loi n° 2016-925 du 7 juillet 2016), une atteinte à l’intégrité de notre oeuvre, une atteinte à notre droit de divulgation de l’oeuvre.

Une stratégie contentieuse

Opposer le droit d’auteur et la liberté de création artistique, au contentieux du droit des étrangers.

Nous nous inspirons, en complicité, de la performance Plaidoirie pour une jurisprudence. X et Y/Préfet de…, co-créée en 2007 aux Laboratoires d’Aubervilliers, par Olive Martin, Patrick Bernier, artistes, Sylvia Preuss-Laussinotte et Sébastien Canevet, avocat.e.s. Cette performance a ouvert une brèche dans laquelle nous nous glissons : « Là où la Préfecture voit un étranger, nous voyons d’abord un auteur ». La reprise de cette stratégie contentieuse dans d’autres cas est une nécessité, nous nous adressons à des auteur.trice.s qui souhaiteraient élaborer et déposer, elles, eux, avec nous, des requêtes auprès des tribunaux administratifs.

Partitions de la performance

Pour lire la première version de la partition de notre performance, datée de juin 2019.
Une deuxième version de la partition est en cours de publication par la Criée, Centre d’art contemporain à Rennes, (revue Lili, la rozell, le marimba, 2020).

Bureau des dépositions. Exercice de justice spéculative est actuellement en résidence au Centre National d’Art Contemporain de Grenoble depuis janvier 2019, et soutenu par l’Université Grenoble Alpes. Une antenne radio « Bureau des dépositions » est ouverte depuis juin 2019 au sein de la radio r22 Tout-Monde, notamment pour la radiodiffusion d’un séminaire intitulé « Œuvrer les limites du droit », URL : https://r22.fr/antennes/bureau-des-depositions

Performances

Une performance est programmée à l’Hexagone, scène nationale, à Meylan, le 21 février 2020 (biennale arts sciences, Experimenta). L’oeuvre a été sélectionnée à Manifesta 2020 (Marseille, biennale internationale d’art contenporain).

Autres publications ou expérimentations en lien avec participants de ce projet

– Mekdjian Sarah et Moreau Marie, “Redessiner l’expérience : Art, sciences et conditions migratoires”, antiAtlas Journal, 01 | 2016, En ligne, publié le 13 avril 2016, URL : http://www.antiatlas-journal.net/01/re-dessiner-lexperience-art-science-et-conditions-migratoires, DOI : http://dx.doi.org/10.23724/AAJ.4
Crossing Maps, cartographies traverses, 2013