Simona Koch – Borders

Simona Koch
Borders
Série d’animations vidéo

Les êtres vivants laissent derrière eux des traces à travers leur existence, les chemins qu’ils empruntent, les actions qu’il réalisent, et influencent alors les vies d’autres organismes. Ils ont tendance à marquer leur territoire, ou, comme l’être humain, à tracer des frontières. Les frontières nationales marquent les limites de dominations. Une frontière signifie toujours à la fois inclusion et exclusion, et affecte les facteurs politiques, sociaux, culturels et économiques.

En général, le déplacement des frontières se produit au cours de guerres, impliquant des effusions de sang et des tragédies humaines et écologiques. Pour les exilés et les réfugiés, cela signifie la perte de leur pays natal, de leurs racines et des lieux chers à leurs cœurs. Pour la nature, cela peut entraîner la dévastation de pans entiers de terres. Dans le cas de l’Armada espagnole du 16e siècle, la moitié du pays fut rasée pour construire une flotte avec laquelle les Espagnols cherchèrent à conquérir l’Angleterre. La légende raconte qu’avant cet dégagement massif, les écureuils pouvaient voyager des Pyrénées à l’Andalousie, sautant d’arbre en arbre, sans jamais avoir à toucher le sol. Les conflits des frontière conduisent également à la perte de racines culturelles – même après plusieurs générations, les traces du déplacement d’une frontière sont toujours palpables.

Simona Koch a visualisé ces traces dans une série d’animations vidéo. Elle a d’abord utilisé des cartes historiques pour rechercher les déplacements de frontières. Ensuite, pour l’animation, elle dessine les frontières au crayon sur une feuille blanche, les effaçant successivement pour les remplacer par les différents changements qu’elles on subi jusqu’à aujourd’hui. Avec la vue plongeante on peut observer l’humanité, telle des insectes, se creuser un territoire sur la Terre. Et finalement, les frontières d’aujourd’hui finissent par s’effacer aussi. Ne subsistent que de vagues formes des différentes régions du monde dessinées par une myriade de lignes floues.

L’artiste allemande Simona Koch est fascinée par la variété du monde du vivant. D’où vient la vie, et où va-t-elle ? Comment les êtres sont-ils reliés les uns aux autres, et quel rôle jouent les humains dans ce cadre ?

Après avoir obtenu un diplôme en design graphique, Simona Koch a étudié à l’Académie des Beaux arts de Nuremberg en Allemagne. Son travail multi-supports est montré à travers le monde. Elle a reçu plusieurs prix et bourses, comme la bourse du ministère de l’éducation et des affaires culturelles bavarois pour un voyage de six mois, qui a donné naissance au projet ORGANISM 4 / Fungi en 2009. Elle a également obtenu le Kunstförderpreis, prix bavarois pour les arts visuels en 2012. En 2012 également a été publié son livre “ORGANISMS”, aux éditions Verlag für moderne Kunst.