Recherche, art et participation #2: filmer l’hôpital pendant le COVID

14 mars 2024
16h-19h
Amphithéâtre
Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme
5 rue du Château de l’horloge
13097 Aix en Provence

Projection-débat ”Le souffle court” (2023)

Cette seconde séance du cycle de séminaires du projet REAP propose de réfléchir à la manière de filmer l’hôpital face à la crise du Covid. Comment filmer quand le monde est mis à l’arrêt, quand on ne peut plus se déplacer ? Comment filmer ce qui nous arrive ? Comment filmer dans ces conditions ce qui s’apparente à une politique publique ?
En mars 2020, un collectif bruxellois de réalisatrices et de réalisateurs trouve des solutions pour que les travailleuses et travailleurs hospitaliers partagent avec eux leur engagement, leur combat, leur souffrance. Au fil des mois, la parole évolue. Plus l’usure se fait sentir, plus le film met en lumière les défaillances des politiques publiques passées dans le système de soins, en miroir de notre désarroi.
Discussion en présence d’Olivier Magis, réalisateur, introduite par Francesca Sirna, sociologue, CNRS/CNE, et par un/e chercheur/se en cinéma, à confirmer

Une séance co-organisée dans le cadre des séminaires Images du politique et politiques de l’image en Méditerranée (IPPI Med) (Coord : Ph. Aldrin (Mesopolhis), P. Cesaro (Prism), P. Fournier (Mesopolhis), V. Geisser (Iremam)) et Recherche, art et participation (REAP) (Coord : É. Balteau (Prism), P. Cesaro (Prism) et C. Parizot (Iremam))
Avec l’appui du Comité du film ethnographique au titre du Festival Jean Rouch « hors-les-murs »

Masterclass

Cette projection-débat sera précédée d’une masterclass avec le réalisateur Olivier Magis, animée par Caroline Renard et Pascal Cesaro (enseignants en Cinéma) avec les étudiants du master Cinéma et audiovisuel.

14 mars 2024
9h à 12h
Bâtiment Turbulence, salle de projection, campus Marseille Saint-Charles

Contact : pascal.cesaro [at] univ-amu.fr

Comité d’organisation

Emilie Balteau, sociologue et documentariste, PRISM, Aix-Marseille univ, CNRS
Pascal Cesaro, enseignant-chercheur en cinéma, PRISM, Aix-Marseille univ, CNRS
Cédric Parizot, anthropologue, chargé de recherche, IREMAM, CNRS, Aix Marseille Univ

Recherche art et participation (2024-2025): séminaires et ateliers

Performances, installations, documentaires

Le séminaire du programme REAP (Recherche, art et participation) accueille des formes d’intervention expérimentales (performances, installations, documentaires, plateaux radio, etc.) au croisement de la recherche, de l’art et des pratiques citoyennes.

Les déplacements provoqués par ces expérimentations visent trois objectifs: d’une part, susciter un retour critique sur la capacité des pratiques et dispositifs de recherche contemporains à saisir et à communiquer autour des transformations de notre monde ; d’autre part, explorer de nouvelles façons de faire de la recherche et de la création ; enfin, en inventant et en éprouvant de nouvelles formes de collaboration avec artistes et citoyens, expérimenter d’autres modes de positionnement des chercheurs et des chercheuses en société.

Un cycle d’ateliers sera proposé en écho au séminaire. Il permettra aux participant/es d’expérimenter ou de s’initier à des collaborations entre approches artistique et scientifique, avec des intervenant/es impliqué/es dans le cinéma documentaire, la création sonore et le spectacle vivant. Il s’agira à chaque fois de mettre à profit l’expertise d’un des professionnels impliqués dans les travaux abordés lors du séminaire, pour éprouver la fabrique de la recherche-création à travers l’approfondissement d’un aspect spécifique du travail (le montage, la prise de son, etc.)

S’adressant aux chercheurs/ses et étudiant/es d’Aix-Marseille Université et de l’Institut SoMum, le séminaire et les ateliers du programme REAP entendent participer à fédérer les initiatives de recherche-création locales et à promouvoir l’analyse de ces travaux singuliers, dans une perspective de structuration du champ de la recherche et de la formation.

Programmation

REAP #1 (séminaire) : cirque et anthropologie


– Performance (30′) “Habiter le trouble Habiter le trouble avec un cyborg anthropolojonglique” de Sylvain Pascal et Cédric Parizot
– Soirée de lancement du programme REAP
Jeudi 18 janvier 2024
16h-18h
Salle de convivialité de la MMSH
5, rue du Château de l’Horloge Aix-en-Provence

REAP #2 (séminaire) : cinéma et sciences sociales


Projection du documentaire “Le souffle court”, sur le travail du soin en période de confinement (film collectif, Belgique, 2023)
Jeudi 14 mars 2024
16h-18h
Salle de convivialité de la MMSH
5, rue du Château de l’Horloge Aix-en-Provence

REAP #3 (masterclass) : cinéma documentaire


Masterclass avec Olivier Magis, documentariste, co-réalisateur du « Souffle court » (2023)
Jeudi 14 mars 2024
9h30-12h30
Turbulence – AMU
3, place Victor Hugo 13331 Marseille

REAP #4 (atelier et séminaire) : cinéma et sciences sociales

Filmer la formation aux métiers du soin
Atelier d’écriture avec Guillaume Cuny (doctorant au CPN, Université d’Évry Paris-Saclay) autour de sa recherche socio-filmique Le choix des autres menée auprès d’élèves de Bac Pro ASSP
+ projection-débat Overseas (Sung A Yoon, 2019) sur un centre de formation au travail domestique aux Philippines
Jeudi 25 avril 2024
Atelier de 14h-16h + Projection-débat de 17h-19h30
Turbulence – AMU
3, place Victor Hugo 13331 Marseille

REAP #5 (séminaire) : bande dessinée et sciences sociales

Avec Pascal Génot, auteur de Bourdieu. Une enquête algérienne (Steinkis, 2023)
Jeudi 16 mai 2024
MMSH
5, rue du Château de l’Horloge
Aix-en-Provence

(La suite du programme bientôt)

Comité d’organisation

Emilie Balteau, sociologue et documentariste, PRISM, Aix-Marseille univ, CNRS
Pascal Cesaro, enseignant-chercheur en cinéma, PRISM, Aix-Marseille univ, CNRS
Cédric Parizot, anthropologue, chargé de recherche, IREMAM, CNRS, Aix Marseille Univ

Image principale: Montage Emilie Balteau, Photos Emilie Balteau et Cédric Parizot

Recherche, art et participation #1

18 janvier 2024
16h-18h
Salle de convivialité
Bâtiment C
Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme
5 rue du Château de l’horloge
13097 Aix en Provence

Habiter le trouble avec un cyborg anthropolojonglique

Ce premier séminaire du projet REAP propose une performance (30’) entre cirque et anthropologie. Sylvain Pascal (jongleur) et Cédric Parizot (anthropologue) s’interrogent sur les modes de communication qui se sont instaurés entre leurs corps en 2021 lors d’un parcours d’une semaine dans le quartier de Rochebelle à Alès pour la 14ème errance du projet PÉRIPLE du collectif Protocole. “Habiter le trouble avec un cyborg anthropolojonglique” est une performance expérimentale qui invite le public à réfléchir avec eux aux intercorporéités complexes mises en oeuvre lors de leur errance mais aussi à éprouver les frontières de leurs disciplines.
[pour plus d’info]

Discussion et présentation autour du projet REAP

Cette performance sera suivie d’une discussion et d’une présentation du projet REAP (Recherche art et participation) en compagnie de Pascal Cesaro , enseignant-chercheur en cinéma, PRISM, Sylvain Pascal, jongleur, collectif Protocole, Cédric Parizot, anthropologue, IREMAM.

– Bord plateau avec Sylvain Pascal et Cédric Parizot
– Présentation du projet Recherche, art et participation par Pascal Cesaro et Emilie Balteau
– Table ronde avec la participation de Chloé Béron, directrice générale du CIAM (Centre international des arts en mouvements),de Sylvie Mazzella, sociologue, directrice de l’institut SoMuM, Cyril Isnart, anthropologue, directeur de la MMSH, de Vincent Geisser, politiste, directeur de l’IREMAM, Olivier Tourny, ethnomusicologue, IDEAS.

Comité d’organisation

Emilie Balteau, sociologue et documentariste, PRISM, Aix-Marseille univ, CNRS
Pascal Cesaro, enseignant-chercheur en cinéma, PRISM, Aix-Marseille univ, CNRS
Cédric Parizot, anthropologue, chargé de recherche, IREMAM, CNRS, Aix Marseille Univ

Image principale: Collectif Protocole

Recherche création: Tim Shaw « Ambulation »

Mardi 07 novembre 2023 14h-17h
Ecole supérieure d’art d’Aix en Provence
Rue Emile Tavan
13100 Aix en Provence

Performance

« Ambulation » est une marche sonore qui utilise des techniques de captation et d’écoute en direct et sur le terrain pour créer une performance marchée. Improvisée par l’artiste, cette performance sonore induit un autre couplage entre nos systèmes sensoriels et les paysages sonores de la ville. Ce mardi 7 novembre 2023, à Aix-en-Provence, elle invitera les étudiants de l’Ecole supérieure d’art et du département d’anthropologie d’Aix-Marseille Université à remettre en jeu leur rapport aux espaces vibratoires de leur quotidien et à s’interroger sur la place du son au sein de ceux-ci. Ces questions seront ensuite discutées avec l’artiste et les deux encadrants (Peter Sinclair et Cédric Parizot) au sein de l’amphithéâtre de l’Ecole supérieure d’art.

Séminaire

Cette performance et ce séminaire sont organisés dans le cadre du programme « La recherche par l’écoute », coordonné par Locus Sonus-Locus Vitae (Ecole supérieure d’art d’Aix-en-Provence) et l’Institut de recherche et d’études sur les mondes arabes et musulmans (Aix-Marseille Université/CNRS)

– 14h Rendez-vous devant l’entrée de l’école ou dans le hall d’accuiel selon la météo pour organiser les promenades sonores.

– 14h15 – 16h déambulations par groupes de 18 personnes.

– 16h – 17h conférence, discussion à l’amphithéâtre de l’école.

Tim Shaw

L’artiste et chercheur Tim Shaw travaille avec le son, la lumière et les médias de communication pour créer des performances, des installations et des interventions adaptées au site. Sa pratique couvre l’art sonore environnemental, les médias numériques, l’archéologie médiatique, la marche et la création d’installations.
Auparavant, Tim a développé des mécanismes artistiques pour écouter les mondes sonores des insectes, créé des promenades sonores augmentées, conçu des performances pour des appareils à haute tension, diffusé la radio à travers les arbres, écouté la latence du réseau à travers des cloches étirées dans le temps et extrait du matériel musical des roches. Il présente fréquemment son travail lors de festivals, dans les forêts, les grottes, les entrepôts, en montagne, ainsi que dans les musées et galeries d’art du monde entier.
La collaboration est au cœur de son approche et il s’est engagé dans des partenariats interdisciplinaires avec des musicologues médiévaux, des data scientists, des anthropologues, des géologues, des architectes et des astrophysiciens. Il a eu la chance de réaliser des travaux artistiques avec Chris Watson, Phill Niblock, John Bowers, John Richards (Dirty Electronics), Tetsuya Umeda, Jacek Smolicki et Sébastien Piquemal (parmi bien d’autres).

Image principale: Ambulation – Sonic Protest, Paris, France, crédits, Vincent Ducard, 2021

Palestine Israël #2: De l’Inde à Israël (reporté)

Mardi 18 mai 2021
10h-12h
Compte tenu de la situation en Israël Palestine, nous avons choisi de reporter la tenue de ce séminaire.

L’appropriation du judaïsme par les Bnei Menashe

Cécile Guillaume Pey, anthropologue, chargée de recherche au CNRS, Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS/CNRS, Paris)

Chez les Kuki et les Mizo, groupes tribaux parlant des langues tibéto-birmanes qui résident de part et d’autre des frontières entre l’Inde, la Birmanie et le Bangladesh, émergent des revendications d’une identité juive à partir des années 1930. De nos jours, plusieurs ‘‘mouvements judaïsant’’ se côtoient au sein de ces groupes. Parmi eux, je m’intéresserai plus particulièrement aux Bnei Menashe, qui se présentent comme les descendants d’une tribu perdue d’Israël. Depuis le début des années 1980, plusieurs milliers d’entre eux ont quitté leur pays natal pour s’installer en Israël avec l’aide d’organisations qui se donnent pour mission de faciliter l’aliyah de juifs « perdus » ou « cachés » disséminés à travers le monde. Il s’agira d’analyser les modes d’appropriation du judaïsme au sein de ce groupe en suivant le parcours de Bnei Menashe originaires du nord-est de l’Inde et devenus citoyens israéliens.

Organisation

Cédric Parizot, anthropologue, chargé de recherche au CNRS, IREMAM (CNRS/Aix Marseille Univ) et Julien Loiseau, historien, Professeur des universités, IREMAM (CNRS/Aix Marseille Univ)

Photo: Cécile Guillaume Pey

Recherche, arts et pratiques numériques #31: Nouvelles écritures indisciplinées

Lundi 8 février 2021
14h-17h
Maison des astronomes
IMéRA, 2 place Le Verrier

Le séminaire se tiendra en mode hybride, depuis la Maison des astronomes à l’IMéRA de Marseille qui accueillera les participants,
et via la plateforme ZOOM [Lien vers le séminaire]

Art, design et sciences sociales

Francesca Cozzolino, Enseignante-chercheure, EnsadLab, laboratoire de recherche en art et design de l’École des Arts Décoratifs de Paris. Chercheure affiliée au Laboratoire d’Ethnologie et Sociologie Comparative (LESC, UMR 7186 CNRS/Université de Paris Nanterre)

Lucile Haute, Maîtresse de conférences en design à l’Université de Nîmes, chercheuse associée à EnsadLab, École des Arts Décoratifs de Paris.

Lors de cette séance, Francesca Cozzolino, exposera les enjeux épistémologiques et méthodologiques des nouvelles formes d’écriture en sciences sociales lorsqu’elles croisent la recherche en art et en design à partir de projets de recherche et expérimentations éditoriales développées au sein d’EnsadLab (laboratoire de recherche en art et design de l’École des Arts Décoratifs, de Paris). Dans un deuxième temps, Lucile Haute étudiera les formes de publication de la recherche-création, abordant succinctement les enjeux institutionnels puis se concentrera sur des cas concrets. Le corpus présenté réunira des publications imprimées, numériques et hybrides. Il s’agira d’en étudier la conception éditoriale, graphique et interactive, et jusqu’à leurs écosystèmes techniques. Dans la troisième partie de la séance, les deux chercheuses rendrons compte d’une expérience de publication expérimentale issue d’un projet de recherche-création engagé à EnsadLab et ayant donné lieu à l’ouvrage numérique intitulé : La création en actes. Enquête autour d’une exposition de Pierre di Sciullo. Le parti pris de cet ouvrage est de proposer des agencements visuels et sonores et des modalités interactives permettant une narration qui témoigne de la création en train de se faire. Il s’agit dès lors de reproduire dans un livre numérique la manipulation des œuvres au moyen non seulement d’une documentation des pièces in situ mais également d’une remédiation des principes interactifs de l’œuvre originale. Comment restituer, remédier ou traduire les expériences sensibles de la visite de l’exposition ? Quelle forme éditoriale donner à ce matériau réunissant des éléments de différentes natures : texte, entretiens, essai, vidéo, photographie ? Quels nouveaux agencements pouvons-nous imaginer entre données textuelles, visuelles et sonores ?

Comité d’organisation

Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU), Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Anna Guillo (LESA, AMU/CNRS), Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)
Recherche, art et pratiques numériques est un séminaire transdisciplinaire qui s’intéresse aux
perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières.
[Lire la suite]

Image: Francesca Cozzolino et Lucie Haute

Palestine Israel : Spatial Relationality and the Fallacies of Methodological Nationalism

Jeudi 17 décembre 2020
10h-12h00
En visio-conférence,
Pour vous inscrire et recevoir le lien de la visioconférence envoyer un mail à cedric.parizot [at] gmail.com

Theorizing Urban Space and Binational Sociality in Jewish-Arab “Mixed Towns”

Daniel Monterescu, Associate Professor of urban anthropology at the Department of Sociology and Social Anthropolog, Central European University, IMéRA (Aix Marseille université), Leader of the Gerda Henkel Stiftung project « Cities Lost and Found »

This presentation develops the analytic vocabulary needed to examine how urban space, Jewish-Arab sociality and local/national identities have been both represented and produced in ethnically mixed towns since the establishment of the state of Israel to the present. A bi-national borderland in which Arabs and Jews live together, these cities bring to the fore, on the one hand, the paradox of Palestinian citizens in a fundamentally Jewish state, while simultaneously suggesting, by the very spatial and social realization of “mixed-ness,” the potential imaginary of its solution. Through ethnographic and historical research centered in Jaffa, the argument posits mixed towns as a political and theoretical challenge to the hegemonic ethno-nationalist guiding principles of the Israeli state, which fails to maintain homogeneous, segregated and ethnically-stable spaces. This failure, I argue, results in the parallel existence of heteronomous spaces in these towns, which operate through multiple and often contradictory logics of space, class and nation. Analyzed relationally, these spaces produce peculiar forms of quotidian social relations between Palestinians and Israelis, enacting circumstantial coalitions and local identities that challenge both Palestinian and Jewish nationalisms. Overcoming the limitations of methodological nationalism, which can only describe such spaces as historical anomalies, the paper outlines the contours of a dialectic theory of socio-spatial relations in contested cities.

Organisation: Julien Loiseau, historien (IREMAM, CNRS/Aix Marseille Université) et Cédric Parizot, anthropologue (IREMAM, CNRS/Aix Marseille Université)

Recherche, arts et pratiques numériques #32: Robots, miroirs fragiles ?

Mercredi 08 avril 2020
09h30-12h
Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence Felix Ciccolini,
Amphithéâtre
Rue Émile Tavan
13100 Aix-en-Provence

Entrée libre

Robots, miroirs fragiles ?

Une proposition organisée en collaboration avec France Cadet, artiste, professeure à l’école d’art d’Aix en Provence

Zaven Paré, chercheur en robotique et artiste, résident à l’IMéRA

Robots, miroirs fragiles ?

Lorsqu’on roule en voiture, on se déplace dans un espace bidimensionnel de A à B, lorsqu’on se déplace en avion il s’agit d’un espace tridimensionnel et sans doute qu’avec les robots, il serait possible d’émettre l’hypothèse de nouveaux véhicules qui donneraient la possibilité de se déplacer non plus simplement dans un espace géométrique, mais dans une autre dimension, telle celle qu’on expérimente lorsqu’on se regarde dans un miroir. L’ubiquité proposée par certains dispositifs robotisés permettrait par exemple de se télérobotiser dans des corps mécaniques plus ou moins éloignés. Les robots anthropomorphiques ne seraient plus simplement une imitation, mais pourraient bien être des sortes de véhicules, en tant qu’agents de dédoublement des hommes dans le cas de la communication par téléprésence. Les robots sont des facettes de ce jeu de miroir entre l’homme et son univers, proposant des modes d’interopérabilité nouveaux.
Considérer certains objets comme nos alter ego, nos compagnons ou ces sortes de miroirs ne serait donc pas exclu. Ainsi, dans un très grand nombre de cultures, les marionnettes constituent phylogénétiquement et ontologiquement des projections d’alter ego et, aujourd’hui, cette familiarité séculaire avec ces figures anthropomorphiques animées entraîne les robots dans leur filiation.

Extrait d’un dialogue avec le professeur Ishiguro Hiroshi à l’Advanced Telecommunication Research International Institute en 2013 (« The Art of Being Together with Robots : A Conversation with Professor Ishiguro Hiroshi », International Journal of Social Robotics, numéro hors-série, Londres, Springer, 2014, p. 129-136) :

Z.P. : Notre relation à nous-même se fait généralement à travers notre image dans les miroirs, les photos et le regard des autres. Quelle est la différence une fois que vous avez une copie de vous-même ?
I.H. : […] L’image dans le miroir n’est pas nous-même, au contraire, c’est une illusion […]. Si je compare une photo de moi à mon reflet dans le miroir, il s’agit de deux choses différentes.
Z.P. : Est-ce que le fait que vous vous êtes dupliqué change votre connaissance de vous-même ?
I.H. : Non, pas du tout, mais le geminoid est plus qu’une simple image. Généralement personne ne connaît sa propre apparence et son propre comportement. Ma secrétaire connaît mon comportement mieux que moi-même. Le geminoid est comme un frère jumeau, mais je ne peux pas me reconnaître en lui. Logiquement le geminoid est ma copie, et c’est tout.
Z.P. : Qu’est-ce qui va changer avec vos deux copies de vous-même ?
I.H. : Que voulez-vous dire ? Il se pourrait que je n’aie plus besoin de venir ici ou d’aller à l’université d’Ôsaka, par exemple.
Z.P. : Vous allez rester à la maison et contrôler les deux en même temps ?
I.H. : Oui, je pourrais le faire.

Les robots sont souvent présentés comme de nouvelles frontières de nos corps. Avec le théâtre des robots, il fut remarquable de pouvoir découvrir comment il était aussi possible de transformer une créature artificielle en être moral et fragile. Dans la première pièce avec l’andréide Geminoid F, à défaut d’un véritable dialogue, la poésie habitait la machine, elle grandissait le robot et le transformait en véritable « fable » humaine, un miroir d’Orphée, un rêve providentiel renvoyant l’image du miroir de notre impuissance.

Agnes Giard, anthroplogue, chercheuse au sein du projet EMTECH, Freie Universität Berlin et au laboratoire Sophiapol, Paris Nanterre

Robots faibles et poupées stupides : les créatures alternatives au Japon

Depuis le début du XXIe siècle, le gouvernement japonais qui refuse d’ouvrir les frontières mène une politique pro-robot afin que le travail soit confié à des machines « pour pallier au manque de bras ». Dopée par cette politique pro-robot, les ersatz d’humains se multiplient au Japon, notamment dans le domaine des relations sociales et émotionnelles. De façon très révélatrice, la plupart d’entre eux sont développés sur des modèles conceptuels très proches de ceux qui président à la fabrication des poupées de silicone. Ainsi que j’aimerais le démontrer, ces robots ne visent en effet pas à reproduire l’humain « en mieux », mais au contraire à en fournir une version « pathétique », sous des formes marquées par l’immaturité, la déficience ou l’infirmité. Pour le dire plus clairement : ces robots, en apparence, ne servent pas à grand-chose. Comment comprendre que les laboratoires japonais accouchent de prototypes qui s’inscrivent à rebours des attendus habituels en matière de robotique ? En comparant la fabrique des love dolls avec celle des robots sociaux, j’espère apporter un éclairage inédit sur ce phénomène.

Comité d’organisation

Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU), Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Anna Guillo (LESA, AMU/CNRS), Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)

Recherche, art et pratiques numériques est un séminaire transdisciplinaire qui s’intéresse aux perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières. (lire la suite)

Photo: Zaven Paré, c5 bleu.

Spatialités et temporalités palestiniennes #11: Sociohistoire des diplomates palestiniens

Mercredi 1er avril 2020
14h-16h00
Salle André Raymond
IREMAM
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme
5 rue du château de l’horloge
13094 Aix en Provence

En Bus:
Aix-Press A- direction Saint Mitre, arrêt Thermidor
Ligne 8 – Direction Margueride, arrêt Horloge

Introduction à une sociohistoire des diplomates palestiniens

Romain Damien, Ater en science politique, CHERPA, Sciences Po Aix

L’échec de la diplomatie palestinienne à s’imposer face au « plan du siècle » de Donald Trump souligne les limites d’une stratégie internationale élaborée depuis plusieurs décennies par les dirigeants de l’OLP et ce malgré l’élargissement de la reconnaissance de l’Etat palestinien. Cette reconnaissance est le fruit de négociations politiques mais aussi d’un long travail de représentation auprès des différents Etats et institutions internationales. Mon travail de thèse porte sur des acteurs souvent oubliés des sciences sociales de ce processus : les diplomates palestiniens.
L’objet de ma recherche est notamment de reconstituer la sociohistoire de ces porte-paroles de la cause palestinienne à l’international à travers la question de la professionnalisation de cette activité de représentation. En retraçant leur parcours, je tente de démontrer que le rôle de ces représentants ne se limite à celui d’intermédiaire mais qu’ils participent directement à la construction de la représentation politique du peuple palestinien. Dès lors, l’un des enjeux de ma thèse que je présenterais à ce séminaire est de s’interroger sur les effets de la professionnalisation de ces diplomates sur la représentation de la cause palestinienne à l’international.

Spatialités et temporalités palestiniennes

Organisation: Julien Loiseau, Cédric Parizot et Sbeih Sbeih

Ce séminaire interroge les modalités de construction de la Palestine comme objet d’étude et leurs effets sur la structuration du champ de la recherche. Cette démarche est nécessaire dans un contexte où le conflit israélo-palestinien continue de structurer fortement les cadres à travers lesquels nous pensons, nous analysons et nous représentons la Palestine. En confrontant des travaux récents d’historiens, d’anthropologues, de politistes, de sociologues, de géographes ou de littéraires nous fixons deux objectifs principaux. D’une part, il s’agit de mettre en évidence les multiples constructions spatiales et temporelles auxquelles renvoie la Palestine et les dépayser. D’autre part, nous nous efforçons de développer une réflexion critique sur nos propres approches, méthodes et objets de recherche.

Image : Ezzedine Kalak (à gauche), représentant de l’OLP à Paris, avec plusieurs cadres de l’OLP pendant l’Exposition internationale pour la Palestine à Beyrouth en mars 1978
Source : Barthe, Benjamin, « L’art de la guerre selon l’OLP », Le magazine du Monde, 8 septembre 2018, p. 95

Rercherche, arts et pratiques numériques #31: Territoires et médiums

Mercredi 25 mars 2020
10h à 13h
Aix-Marseille Université,
Campus Schuman

Images en transit. Territoires et médiums

Tania Ruiz, artiste et maître de conférences, Université Paris 8

Calle Utopia

Intéressée par les modalités d’appropriation et de transformation des ensembles d’habitation hérités du modernisme architectural, j’ai voulu filmer à Las 3000 Viviendas de Sevilla en particulier la Calle Utopia. Pour différentes raisons que j’aurais l’occasion de détailler, filmer sur place paraissait impossible. Je commence actuellement une reproduction 3D du quartier effectuée avec les relevés disponibles en ligne, augmentés d’une sorte d’ « espace médiatique ». C’est au sein de cette reproduction qui aura lieu le tournage….

Paul-Emmanuel Odin, artiste, auteur, chercheur, directeur artistique de La compagnie, lieu de création à Marseille et enseignant à l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence.
Du monde à l’envers du carnaval au temps inversé du cinéma

Le carnaval zigzague dans les multiples dimensions d’un monde à l’envers. Imageries populaires, films de science-fiction ou performances contemporaines. Ceci nous subjugue et tisse un monde de communautés d’actions. Cela a constitué aussi l’un des plus beaux moments de la contre-histoire du sida : danser = vivre. Comment sommes-nous faits de ce temps inversé du carnaval, qui mugit derrière des apparences et des mouvements redistribués ? Quelques alliances hybrides et régressives s’inventent sur un chaos vivant. Comment hommes, femmes ou animaux, échangeons-nous ou entremêlons-nous nos places ?

Comité d’organisation:

Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU), Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Anna Guillo (LESA, AMU/CNRS), Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)
Recherche, art et pratiques numériques est un séminaire transdisciplinaire qui s’intéresse aux
perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières.
[Lire la suite]

Image principale: Google maps

Spatialités et temporalités palestiniennes #10: La diplomatie des villes en Palestine

Mercredi 12 février 2020
14h-16h00
Salle André Raymond
IREMAM
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme
5 rue du château de l’horloge
13094 Aix en Provence

En Bus:
Aix-Press A- direction Saint Mitre, arrêt Thermidor
Ligne 8 – Direction Margueride, arrêt Horloge

La diplomatie des villes en Palestine

Marion Lecoquierre, géographe, Telemme, Aix Marseille Université, CNRS

Entre stratégies politiques locales et mise en réseaux transnationale

Dans un contexte de globalisation, mais aussi de délitement des alliances traditionnelles et de défiance croissante vis-à-vis des institutions nationales et internationales, les villes deviennent des acteurs de premier plan sur la scène globale. Le développement des relations « transmunicipales » ou de « ville à ville » fait émerger des formes de gouvernance reposant non plus seulement sur les États mais aussi sur la concertation et l’influence des gouvernements locaux. Cette nouvelle « gouvernance des villes » est souvent illustrée par le rôle de certaines métropoles particulièrement puissantes, ces « villes globales » que sont New York ou Londres par exemple. Cette activité internationale concerne pourtant également des villes qui ne jouent apparemment aucun rôle de premier plan dans la hiérarchie urbaine mondiale.

Un récent travail de terrain réalisé à Hébron a par exemple démontré la pertinence du sujet en Palestine. Je m’intéresse ainsi aux dynamiques et aux enjeux de la diplomatie des villes dans le contexte palestinien : j’évoquerai les premiers résultats d’une enquête portant sur le rôle politique des villes palestiniennes au niveau international, à travers leur implication dans des accords de coopération ou d’échange bilatéraux, et leur participation à des réseaux transnationaux multilatéraux. L’analyse se concentre sur les objectifs et les stratégies déployés par les villes palestiniennes et leurs villes partenaires, l’articulation entre les différents niveaux de gouvernance et les impacts locaux mais aussi globaux de cette politique d’internationalisation municipale.

Spatialités et temporalités palestiniennes

Organisation: Julien Loiseau, Cédric Parizot et Sbeih Sbeih

Ce séminaire interroge les modalités de construction de la Palestine comme objet d’étude et leurs effets sur la structuration du champ de la recherche. Cette démarche est nécessaire dans un contexte où le conflit israélo-palestinien continue de structurer fortement les cadres à travers lesquels nous pensons, nous analysons et nous représentons la Palestine. En confrontant des travaux récents d’historiens, d’anthropologues, de politistes, de sociologues, de géographes ou de littéraires nous fixons deux objectifs principaux. D’une part, il s’agit de mettre en évidence les multiples constructions spatiales et temporelles auxquelles renvoie la Palestine et les dépayser. D’autre part, nous nous efforçons de développer une réflexion critique sur nos propres approches, méthodes et objets de recherche.

Image principale: Marion Lecoquierre, Fresque présentant les jumelages de la Mairie de Bethlehem, 2019.

Recherche, arts et pratiques numériques #30: Archéologie et modélisation du son

CETTE SEANCE EST ANNULEE

Afin de manifester leur opposition à la LOI DE PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DE LA RECHERCHE, Emmanuelle Rosso et Alexandre Vincent ont décidé d’annuler leur venue à Aix en Provence. L’équipe de l’antiAtlas soutient pleinement leur démarche.

Archéologie et modélisation du son

Emmanuelle Rosso, Histoire de l’art et Archéologie romaines, Paris-Sorbonne Université et Alexandre Vincent, histoire romaine, HERMA, Université de Poitiers

Pour une exploration sensible du théâtre antique d’Orange : le projet SONAT
Le projet SONAT a pour objet d’étude l’un des édifices de spectacles les mieux conservés de l’Antiquité romaine : le théâtre d’Orange. Il est né du constat selon lequel les restitutions archéologiques en 3D, qui sont régulièrement proposées pour « faire revivre » les monuments du passé, ne prennent que rarement en compte, précisément, la réalité quotidienne, les fonctions et les usages de ces derniers. C’est singulièrement le cas des monuments de spectacle, qui n’apparaissent souvent que comme de somptueux écrins architecturaux. Quoique notre information sur les performances théâtrales antiques soit très lacunaire, le projet SONAT entend tirer parti des travaux approfondis menés récemment sur l’architecture du théâtre d’Orange et du développement des sound studies pour proposer une évocation des capacités acoustiques de l’édifice. Il s’appuie sur une double modélisation : celle de l’architecture d’une part, avec l’élaboration d’une maquette numérique du théâtre reflétant l’état actuel des connaissances, celle du son d’autre part, rendue possible par le développement de nouvelles technologies de simulation numérique.
L’exploration se fonde sur une étude des propriétés acoustiques du monument et comprend un volet expérimental de simulation sonore. Un outil de mesure ad hoc a été développé afin de prendre en compte la configuration architecturale du monument et ses matériaux, ainsi que la position précise des sources sonores et des auditeurs. Ce logiciel a été nourri des enregistrements en chambre anéchoïque à partir de fac-similés d’instruments antiques réalisés par S. Hagel (Académie des Sciences de Vienne), philologue, musicologue et musicien. Le travail de reconstitution a ainsi conduit à la finalisation de l’auralisation – ou implémentation des sons reconstitués dans la maquette numérique du théâtre d’Orange.
Pour en restituer au mieux les premiers résultats, il a été fait le choix de réaliser un court film d’animation invitant à une véritable exploration sensible de l’édifice et conviant le spectateur dans le théâtre lors d’une belle journée du Ier s. ap. J.-C., alors qu’un acteur et un musicien se préparent à entrer en scène.
L’objectif de la présentation sera d’éclairer comment le croisement des outils numériques et des sources anciennes a conduit dans une certaine mesure les membres du projet à penser à nouveaux frais leur documentation et leur pratique disciplinaire, à la recherche du juste dosage entre hypothèses et reconstitution.

Comité d’organisation:

Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU), Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Anna Guillo (LESA, AMU/CNRS), Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)
Recherche, art et pratiques numériques est un séminaire transdisciplinaire qui s’intéresse aux
perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières.
[Lire la suite]

Pour plus d’information

Sur le projet d’Emmanuelle Rosso sur le théâtre d’Orange voir Recherche, arts et pratiques numériques #10: archéologie et numérique

Spatialités et temporalités palestiniennes #9: Faire économie sous blocus dans la bande de Gaza.

Mercredi 29 janvier 2020
14h-16h00
Salle André Raymond
IREMAM
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme
5 rue du château de l’horloge
13094 Aix en Provence

En Bus:
Aix-Press A- direction Saint Mitre, arrêt Thermidor
Ligne 8 – Direction Margueride, arrêt Horloge

Spatialités et temporalités palestiniennes

Organisation: Julien Loiseau, Cédric Parizot et Sbeih Sbeih

Ce séminaire interroge les modalités de construction de la Palestine comme objet d’étude et leurs effets sur la structuration du champ de la recherche. Cette démarche est nécessaire dans un contexte où le conflit israélo-palestinien continue de structurer fortement les cadres à travers lesquels nous pensons, nous analysons et nous représentons la Palestine. En confrontant des travaux récents d’historiens, d’anthropologues, de politistes, de sociologues, de géographes ou de littéraires nous fixons deux objectifs principaux. D’une part, il s’agit de mettre en évidence les multiples constructions spatiales et temporelles auxquelles renvoie la Palestine et les dépayser. D’autre part, nous nous efforçons de développer une réflexion critique sur nos propres approches, méthodes et objets de recherche.

Faire économie sous blocus dans la bande de Gaza

Taher Labadi, économiste, postdoctorant LabexMed, Lest/Iremam, Aix Marseille Université

Le blocus de la bande de Gaza ainsi que les guerres successives menées par Israël au cours de la dernière décennie ont entrainé une grave crise économique et humanitaire sur cette portion du territoire palestinien. S’ajoute à cela un contexte de fracture politique interne entre le Hamas qui gouverne la bande de Gaza et l’Autorité palestinienne établie en Cisjordanie. J’examine certaines pratiques et politiques inédites du gouvernement de Gaza sous blocus qui nous renseignent sur le caractère à la fois éminemment conflictuel et nécessairement précaire des tentatives d’adaptation, d’autonomisation et de régulation de l’activité économique en temps de guerre.

Image principale: Mohamed Abusal, “Un métro à Gaza”, installation photographique 2011

Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques #17: Composer le son à distance

Mercredi 22 janvier 2020,
9h30 : accueil
10h-13h : conférences et débats
IMéRA, Maison Neuve
2 Place Le verrier
13004 Marseille
Entrée libre
Ce séminaire se tiendra en anglais.

Composer le son à distance

Brona Martin, compositrice électroacoustique, artiste sonore et chercheuse

Pratiques de l’engagement communautaire, écoute, improvisation et composition.
Le domaine des « soundscape studies » est un champ de recherches interdisciplinaires passionnant qui permet des collaborations entre artistes, chercheurs, scientifiques et la communauté. Les chercheurs ont réussi à promouvoir la recherche dans ce domaine au delà du milieu universitaire par la participation collective à des projets de marche sonore, d’enregistrement sur le terrain, de cartographie et de patrimoine sonore.

Les marches sonores sont une première étape très utile pour ceux qui choisissent de se lancer dans le champ des « soundscape studies ». C’est aussi une façon d’ouvrir ce sujet à de nouvelles communautés et c’est un outil utile pour travailler avec ceux qui n’ont jamais pensé à leur relation sonore avec leur propre environnement.

L’engagement dans des projets collectifs est aussi un outil de recherche extrêmement utile pour les compositeurs et les chercheurs. Ils donnent l’occasion d’en apprendre beaucoup sur des environnements sonores spécifiques et sur ce qu’ils signifient pour la communauté. Nous pouvons apprendre comment les paysages sonores ont changé au fil du temps en relation avec les développements économiques et sociaux et aussi comment les gens pensent leurs paysages sonores domestiques. Nous pouvons également ré-imaginer les paysages sonores du passé grâce au son.

Cette présentation portera sur deux projets récents fondés sur l’engagement collaboratif. Je parlerai des diverses techniques et compétences que les participants ont acquises et de la façon dont ils ont eu l’occasion d’improviser, de créer, de jouer et de discuter de leurs paysages sonores locaux et domestiques.

Brona Martin est une compositrice électroacoustique et artiste sonore de Banagher, en Irlande. Elle est actuellement chercheuse en musique à l’Université de Southampton. Ses compositions explorent la narration dans les domaines de la musique électroacoustique, de l’écologie acoustique et des techniques de spatialisation, à travers la création de représentations métaphoriques et réelles de paysages sonores.

Ananda A. L. Costa, compositrice et chercheuse
Écouter la marge
A l’époque coloniale, les opéras ont colporté de nombreux malentendus culturels, avec des cas abyssaux de fausses représentations des peuples autochtones. Au-delà de la distance géographique, en partie surmontée par la technologie et le tourisme, la différence culturelle est toujours un objet de débat dans la création artistique, où les perceptions d’éloignement, de marginalité et d’infériorité sont encore dangereusement reliées. En supposant que l’éloignement soit une question de hiérarchie entre le centre – où La culture occidentale est établie – et les marges – là où par exemple les cultures amérindiennes ont été historiquement maintenues – écouter à distance peut être un acte puissant d’inversion des pôles et de création de proximité. Mais peut-on vraiment atteindre la marge à partir du centre ? L’écoute nous permet-elle de surmonter ou de concilier nos incompréhensions mutuelles ? Cette conférence vise à aborder à ces questions, en apportant des exemples tirés d’opéras, des mouvements artistiques brésiliens et de mon expérience personnelle.

Ananda A. L. Costa est une compositrice et chercheuse en musique basée à Berlin, originaire de Salvador (Brésil). Elle a étudié le journalisme et la composition musicale à l’UFBA (Universidade Federal da Bahia) et, en 2014, elle a reçu une bourse de la fondation pour les arts, FUNARTE, pour la recherche d’instruments électroniques pionniers en Allemagne.
Son projet Armes Soniques d’Amérique Latine a été sélectionné pour le projet « Comment sonne le Sud ? Hospitalité des ambiances sonores et de pratiques acoustiques » se déroulant au CRESSON à Grenoble.

Ananda A. L. Costa, Brona Martin avec Étienne Noiseau sont artistes en résidence à Locus Sonus, ESA-Aix, PRISM pour l’année 2020 (de janvier à avril).

Comité d’organisation

Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Elena Biserna (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Christine Esclapez (AMU, PRISM AMU/CNRS), Peter Sinclair (ESAAix, PRISM AMU/CNRS)

Le séminaire intitulé « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » définit clairement son projet dans l’énoncé de son titre : il s’agit d’abord de s’intéresser à l’écoute et aux pratiques de l’écoute, c’est à dire aux pratiques qui à la fois supposent, engagent et déterminent des formes d’écoute. (lire la suite)

Recherche, arts et pratiques numériques #29 : Cirque et science humaines

14h-17h30
Mercredi 15 janvier 2020
Salle de convivialité des doctorants (nouveau bâtiment)
Maison méditerranéenne des science de l’Homme
5 rue du château de l’Horloge
13094 Aix en Provence

Bus :
Aix-Press A- direction Saint Mitre, arrêt Thermidor
Ligne 8 – Direction Margueride, arrêt Horloge

Comité d’organisation:
Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU), Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Anna Guillo (LESA, AMU/CNRS), Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)
Recherche, art et pratiques numériques est un séminaire transdisciplinaire qui s’intéresse aux
perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières.
[Lire la suite]

Deux performances une discussion

Ce séminaire d’un format inhabituel ouvrira une discussion à la suite de deux performances réalisées par des chercheurs en sciences humaines et des artistes de cirque.

Cédric Paga, alias Ludor Citrik, clown et auteur de cirque, et Olivier Tourny, ethnomusicologue et directeur de recherche au CNRS, IDEMEC, ont comme point de départ une enquête de terrain dans un monastère chrétien mixte d’un village arabe en Israël, et s’interrogent sur l’essence même de la musique.

Vincent Berhault, auteur de cirque, metteur en scène et jongleur, et Vincent Geisser, chercheur au CNRS, IREMAM, politiste et sociologue spécialiste de l’Islam en France, s’emparent du concept de laïcité, retournant à ses fondements historiques, touchant du doigt sa complexité et écoutant son vibrato dans la société actuelle.

La discussion avec les artistes sera animée par Heather Barfield, Fullbright Scholar invité à l’IREMAM aura lieu avec les artistes en compagnie de Karima Direche, historienne, TELEMME (CNRS/Aix Marseille Université) et Cédric Parizot, anthropologue, IREMAM (CNRS/Aix Marseille Université)

Hétérographies circassiennes

Le projet Hétérographies circassiennes a été conçu par Cédric Parizot et Vincent Berhault. Il a été réalisé dans le cadre des workshops cirque et sciences humaines qui se sont déroulés en septembre 2019 au CIAM à Aix-en-Provence et présenté une première fois au festival Jours et nuits de cirque du CIAM 2019.

Photo: Jean-François Dars, 2019

Partenariat

antiAtlas des frontières
Compagnie Les Singuliers
Centre international des arts en mouvements, Aix en Provence
Institu d’études avancées d’Aix Marseille Université
Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans
Projet LabexMed
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
Temps, Espaces, Langages – Europe Méridionale, Méditerranée
Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative
Aix Marseille université
CNRS

Photo : Jean François Dars, 2019

Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques #16 : Paysages sensibles, entre expérimentations et recherche

Mercredi 18 décembre 2019,
9h30 : accueil
10h-13h : conférences et débats
IMéRA, Maison des Astronomes
2 Place Le verrier
13004 Marseille
Entrée libre

Comité d’organisation: Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Elena Biserna (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Christine Esclapez (AMU, PRISM AMU/CNRS), Peter Sinclair (ESAAix, PRISM AMU/CNRS)

Le séminaire intitulé « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » définit clairement son projet dans l’énoncé de son titre : il s’agit d’abord de s’intéresser à l’écoute et aux pratiques de l’écoute, c’est à dire aux pratiques qui à la fois supposent, engagent et déterminent des formes d’écoute. (lire la suite)

L’écoute comme pratique sociale et comme comportement

Gilles Malatray, artiste sonore
Lire et écrire le paysage sonore ambiantal.
Par la pratique du soundwalking, de la marche d’écoute et de ses nombreuses déclinaisons, l’artiste participe à la lecture, comme à l’écriture, souvent collectives, de paysages sonores sensibles, quels que soient les milieux arpentés, explorés.
Dans une approche convoquant différentes formes d’esthétiques paysagères, des lectures écologiques, voire écosophiques, la prise en compte de sociabilités auriculaires, la recherche d’aménités, le partage de sensibilités, le promeneur écoutant* ne cesse de questionner les multiples façons d’écouter ses milieux de vie. S’il s’agit ici de se mettre dans l’ambiance, en empathie, il lui faut également tenter, avec un certain recul, de décrypter, voire de composer des ambiances.

Quelques questions se posent alors. Comment bien s’entendre avec sa ville, son quartier, son village ? Comment créer et partager de nouveaux points d’ouïe, de l’inauguration à l’inventaire ?
Comment partager des écoutes qualitatives, parfois chahutées entre des situations de saturation comme de paupérisation ?

Marcher et écouter, (soundwalking) prélever des sonorités (Field recording), composer ou recomposer, faire trace, cartographier, ré-écrire et questionner, convoquent autant de gestes et de postures potentiels pour explorer des démarches audio-paysagères in situ, émminament contextuelles et relationnelles.

*Terminologie empruntée à Michel Chion dans son livre au titre éponyme

Natacha Cyrulnik, réalisatrice, chercheuse (PRISM AMU-CNRS)

AtmosphèreS, un projet de recherche.
« AtmophéreS » est un projet structurant de l’UMR 7061 PRISM (Perception, Représentation, Image, Son, Musique) qui vise à fédérer des chercheurs issus de différentes disciplines.
A partir de points de vue différents, il sera question de construire une réflexion générale sur la notion d’AtmosphèreS, notion qui met l’humain au cœur d’un dispositif de représentation du milieu. A la fois fédération de points de vue et « lieu » où les différentes altérités pourront converser, le projet structurant « AtmosphèreS » vise à croiser les regards.
Nous aborderons dans un premier temps l’historique qui a donné naissance à ce projet structurant, puis, à partir de trois exemples précis issus de membres du laboratoire d’origine disciplinaires différentes, nous tenterons en voir en quoi ce croisement peut initier de nouvelles recherches, de nouveaux croisements et de nouvelles propositions artistiques.

Photo: Gilles Malatray

Recherche, arts et pratiques numériques #28: Ecritures documentaires

10h-13h
Mercredi 11 décembre 2019
IMéRA – Maison des astronomes
2 place Le verrier
13004 Marseille

Comité d’organisation:
Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU), Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Anna Guillo (LESA, AMU/CNRS), Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)
Recherche, art et pratiques numériques est un séminaire transdisciplinaire qui s’intéresse aux
perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières.
[Lire la suite]

Crime as art

David Redmon, résident à l’IMéRA,réalisateur, sociologue, criminologie et ethnographie de la vidéo à l’Ecole de Politique, sociologie et recherche sociales de l’université de Kent, Royaume Uni

Kim’s Video – formerly located at St. Marks Place in NYC – was known to have one of the most comprehensive video collections in the world. However, with the rise of digital streaming, Kim’s Video, as a business model, became obsolete. In September 2008, its owner Mr. Yongman Kim put an open call on the Internet offering to donate his entire collection of 55,000 VHS and DVDs. He received over 60 offers, and chose to send the collection to Salemi, Sicily. But why and how was the now-defunct video store Kim’s Video (NYC) sent to Sicily? What happened to the Kim’s Video collection after it arrived to Sicily? What is the state of the collection today – 11 years later?

Kim’s as a commodity chain raises questions about the redistribution of material media and ownership circulated and transferred under nebulous claims. Aside from the ongoing disappearance of material media (VHS, Cassette, DVD), the physicality of an archive such as Kim’s – and what it promotes – is a valuable and worthwhile cultural resource in an age of de-materialization and digitization. My talk concludes with a discussion of how criminal fantasy has been injected into documentary cinema as performance art to address the real.

Boris Petric, anthropologue, Centre Norbert Elias (EHESS, Aix Marseille Université, CNRS)

Boris Petric rendra compte de sa collaboration avec David Redmon au cours de sa résidence à l’IMéRA et à la Frabrique des écritures innovantes

Discutant: Frédéric Pouillaude, Esthétique et théorie de l’art moderne et contemporain Aix-Marseille Université – Département Arts – Secteur Arts plastiques et sciences de l’art Membre honoraire de l’Institut universitaire de France

Photo principale: David Redmon

Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques #15: Musiques, Histoires, Reconstructions virtuelles des espaces acoustiques

Mercredi 20 novembre 2019,
9h30 : accueil
10h-13h : conférences et débats
IMéRA, Maison des Astronomes
2 Place Le verrier
13004 Marseille
Entrée libre

Comité d’organisation: Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Elena Biserna (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Christine Esclapez (AMU, PRISM AMU/CNRS), Peter Sinclair (ESAAix, PRISM AMU/CNRS)

Le séminaire intitulé « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » définit clairement son projet dans l’énoncé de son titre : il s’agit d’abord de s’intéresser à l’écoute et aux pratiques de l’écoute, c’est à dire aux pratiques qui à la fois supposent, engagent et déterminent des formes d’écoute. (lire la suite)

L’écoute comme pratique sociale et comme comportement

François Delalande, responsable du programme de recherches en sciences de la musique au sein du GRM (Groupe de Recherches Musicales, Institut National de l’Audiovisuel)

L’écoute musicale comme pratique sociale et comme conduite. Implications pour l’analyse musicale.
La première tâche de l’analyse musicale est de déterminer quel « objet » elle entend analyser. Or, la définition même de l’objet, concrètement sa délimitation –ce qu’on met dedans, ce qu’on en exclut- est fonction des pratiques sociales que l’on prend en compte. Les pratiques sociales d’écoute musicale, souvent « instrumentées », sont variées et évoluent. Si l’on s’en tient à une écoute « linéaire attentive », souvent prise comme référence par les musiciens, on observe qu’elle s’analyse chez les auditeurs en différentes « conduites d’écoute », qui chacune « construit » l’objet à sa manière. C’est l’une des difficultés d’une analyse esthésique, qui partage les analystes.

Jean-Pierre Moreau, compositeur, chercheur (PRISM AMU-CNRS ; ADEF AMU), président du laboratoire Musique et Informatique de Marseille (MIM)

La rigueur théorique et la pratique du flou : au sujet du discours et de la méthode.
Je m’exerce depuis 2007 à un art en émergence, la vidéomusique. Forme d’œuvre qui allie « musique et image en mouvement dans une expression sensorielle unifiée » – selon la définition qu’en donne le compositeur Jean Piché, inventeur du néologisme -, elle se présente à moi comme le fait la musique, c’est-à-dire comme un système dynamique, qui se déploie dans le temps. L’écoute, du compositeur comme de l’audio-spectateur, de par l’hybridité et la nécessité de chercher à comprendre ce qu’ils ne perçoivent qu’intuitivement, se trouve ainsi remise en question : comment écouter ce qui se donne à voir ?
Afin d’être en possibilité de proposer des réponses aux questions posées par ce nouveau devenir commun du visuel et du musical, j’ai animé pour le laboratoire MIM un atelier de recherche destiné à permettre à l’ensemble des personnes partageant cette expérience, d’échanger de façon argumentée, sourcée et contradictoire, dans la continuité d’une pratique d’analyse musicale qui a permis en d’autres temps l’invention des Unités Sémiotiques Temporelles (laboratoire MIM, 1996). Nous avons ainsi élaboré en co-construction un vocabulaire et un système de représentation de ce qui, potentiellement, est à l’œuvre dans la relation audiovisuelle perçue par l’audio-spectateur.
Les moyens de l’analyse, maintenant constitués, permettent au compositeur de faire retour sur l’œuvre vidéomusicale – réalisée ou en cours de réalisation – également de fédérer plusieurs créateurs – compositeur, artiste vidéo et auteur – dans une réalisation dont les lignes de force ont été préétablies en commun.

Photo: Jacques Mandelbrojt, Encre

Recherche, arts et pratiques numériques #27: Image vs. data

Mercredi 6 novembre 2019
10h-13h
Pôle multimédia
Salle des colloques 2
29 avenue Robert Schuman
13080 Aix-en-Provence

Comité d’organisation:
Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU), Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Anna Guillo (LESA, AMU/CNRS), Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)
Recherche, art et pratiques numériques est un séminaire transdisciplinaire qui s’intéresse aux
perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières.
[Lire la suite]

Des flux de données aux neurosciences

Marie-Laure Cazin, artiste et professeur à l’école supérieure des beaux-arts de Tours-Angers-Le Mans

– Cinéma et neurosciences

Ma communication s’appuiera sur un projet art-science qui propose le renouvellement de la forme cinématographique en utilisant des outils de captation de données cérébrales dédiés aux neurosciences. Le Cinéma émotif utilise des instruments de mesure physiologiques pour interpréter les émotions et propose une interaction implicite avec le spectateur. Il pourrait également être qualifié d’énactif, mais il se démarque en mettant son enjeu d’innovation sur l’interprétation émotionnelle du signal cérébral. Cela le met en résonance avec un imaginaire et des œuvres qui allient technologie et occultisme : transmission de pensées, représentation d’images mentales, télépathie, symptômes psycho-somatiques. Nous évoquerons aussi sa proximité avec certains dispositifs médicaux, qui traitent du rapport psycho-somatique et qui peuvent nous inspirer artistiquement pour créer de nouvelles formes.

Nous finirons par la présentation des derniers développements du Cinéma émotif en réalité virtuelle, le prototype EMOTIVE VR et son film pilote neuro-interactif en 360°, Freud, la dernière hypnose, qui correspond à la partie pratique de cette recherche.

Grégory Chatonsky, artiste et chercheur à l’ENS Ulm

– Un cerveau hors de soi : apprentissage, extinction, résurrection

En abordant les flux d’un point de vue historique comme étant le lieu de croisement et de conflit entre la nature, le corps et la technique, on verra comment la séquence contemporaine appartient en fait à une longue et profonde filiation : les réseaux de neurones artificiels, habituellement appelés « intelligence artificielle » rencontrent la possibilité d’une extinction de l’espèce humaine et du vivant en général ramenant la Terre à sa minéralité.

Terre Seconde (2019) et Suspension of Attention (2013) permettront de rendre sensible le lien historique entre l’extinction et la dite « intelligence artificielle ».

Jean-Marie DALLET, artiste et Maître de Conférences HDR, université Paris 8 – Vincennes, laboratoire AIAC [EA 4010])

– Architectures de mémoire

L’intervention s’intéressera à l’invention d’un design spécifique portant sur l’élaboration d’interfaces destinées à mettre en forme les mémoires. Cette question est ancienne. Depuis la Grèce, en effet, des techniques ont été imaginées pour ordonner les souvenirs et en autoriser un accès rapide et sûr : processions, palais de mémoire, architectures, par exemple. Aujourd’hui, avec la numérisation des informations et son corollaire, la construction d’ensembles complexes de documents, s’impose la création d’architectures virtuelles permettant l’organisation des données et la navigation au sein de collections mobiles ainsi constituées par les algorithmes.

Le Cédérom La troisième biennale de Lyon (RMN, 1995) réalisé par Jean-Marie Dallet, les consoles archives interactives MIM (Marey Interactif Multimédia, 2010–2011) et VIM (Vasulka Interactif Multimédia, 2014-2019) de même que les dispositifs interactifs Sky Memory Project (2013–2015) conçus par le SLIDERS_lab [F. Curien, J.-M. Dallet], le travail de Robert Edgar, Memory Theatre One (1985) serviront de fil conducteur à cette discussion.

Image principale : Jean Christophe Lett, 2019

Rercherche, arts et pratiques numériques #26: Simulations

10h-13h
Mercredi 16 octobre 2019
Pôle multimédia
Salle des colloques 1
29 avenue Robert Schuman
13080 Aix-en-Provence
Entrée libre

Comité d’organisation:

Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU), Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Anna Guillo (LESA, AMU/CNRS), Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)

Recherche, art et pratiques numériques est un séminaire transdisciplinaire qui s’intéresse aux perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières. (lire la suite)

Simulations

Antoine Schmitt, artiste plasticien, programmeur
Discutant Douglas Edric Stanley, artiste plasticien, programmeur, professeur à
l’ESAAix et à la HEAD (Genève).

Le terme de simulation informatique renvoie à une pratique fondamentale de la programmation : celle de reproduire, dans un ordinateur et sous forme d’algorithmes, des processus du monde réel. Dans le langage courant, le terme de simulation renvoie soit à la notion de leurre destiné à tromper son interlocuteur (« son chagrin est simulé »), soit à celle d’imitation d’une situation réelle potentielle (« une simulation d’attaque terroriste »). Dans ces deux cas, il y a opposition entre réalité et simulation. J’aimerais explorer ici le degré de réalité de la simulation informatique.
Antoine Schmitt abordera ces questions à travers des oeuvres produites depuis 20 ans et en particulier l’installation Prévisible en cours de finalisation. Le projet Prévisible exploite les données et modèles de prévisions météorologiques et géographiques à long terme issus d’une recherche menée par le bureau d’études GeographR sur l’évolution du climat du Grand site Sainte-Victoire. En se plaçant dans la perspective du climat futur, Prévisible vise à interroger les notions de prévisibilité et de responsabilité dans les réalités complexes.
Antoine Schmitt a été invité par M-topia à concevoir cette œuvre artistique liée à la prospective. M-topia, espace de partage pour développer des initiatives collectives autour de problématiques sociétales, a initié et produit Prévisible avec le soutien du DICREAM et du Conseil régional Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Photo: Antoine Schmitt, BlackSquarePreview.